• L’intégrale du Chant Grégorien


    dans la paume de votre main

    Tous les enregistrements, toutes les partitions et tous les textes traduits.


    ÉCOUTEZ GRATUITEMENT

QU'EST-CE QUE NEUMZ ?

Neumz est le seul enregistrement complet au monde de tous les chants grégoriens. Plus de 7000 heures sur une application iOS et Android

L’ensemble du répertoire du Chant Grégorien, enregistré par la communauté des religieuses bénédictines de l’Abbaye Notre-Dame de Fidélité de Jouques, en Provence française.


Chaque chant est synchronisé avec sa partition en notation carrée, le texte latin et sa traduction dans la langue de l’utilisateur.


Neumz est le premier et le seul enregistrement complet et la première ressource numérique complète pour les matériaux liturgiques. Les contenus du Psautier, du Lectionnaire, du Collectaire, de l’Antiphonaire, du Responsorial et du Graduel sont assemblés en un “Liber Digitalis” multimédia du 21ème siècle.

 

neumz-app

     

  • Office divin

    Première prière du matin (Ad Matutinum)
    Laudes (Ad Laudes)
    Heures mineures (troisième, sixième et neuvième)
    Vêpres (Ad Vesperas)
    Complies (Ad Completorium)

  • Ordinaires de Messe et Psaumes

    Toutes les variantes des chants de l’Ordinaire
    Psaumes du cycle Novus Ordo de trois ans
    Messes votives

  • Calendrier liturgique complet

    Neumz présente le Calendrier liturgique dans un calendrier solaire facile à utiliser. Nous recalculons l’Ordre liturgique chaque année, vous n’avez donc pas à le faire.

neumz app

Chant grégorien

Enregistrements audio quotidiens complets des Sœurs de Notre-Dame de Fidélité en haute définition.

Partitions en direct

Suivez la partition en notation carrée de chaque chant, qui défile avec la musique.

Textes et traductions

Pages opposées en Latin vers traductions traduites, actuellement disponibles en anglais, espagnol, français, allemand et italien.

RADIO

Écoutez les chants de l'heure




Gratuit

  •  
  • Plus de 2000 heures d’enregistrement
  • Suivez avec les partitions
  • Tous les textes latins
  • Traductions lorsqu’elles sont disponibles
  • Lecture à la demande non disponible
  • Période d’essai gratuite de trois mois
    avec toutes les fonctionnalités
  • Chants préférés (à venir)

Mécène

Écoutez ce que vous voulez. 33% de réduction jusqu'en novembre !
Taux d'adoption précoce fixe pendant 3 ans !

5,99 € / Mois

  • Économisez 3 € !
  • Tout en mode radio
  • Lecture à la Demande
  • Déverrouillez le calendrier complet
  • Recherche Pro par type de chant,
    nom, usage, source, et CantusID (à venir)
  • Améliorez l’audio en qualité
    master haute résolution (à venir)
  • Mode offline,
    téléchargement possible (à venir)
  • Playlists personnelles
    et partageables (à venir)

Mécène Annuel

Économisez et payez annuellement. Bénéficiez de deux mois gratuits !



59,90 € / Année

  • Économisez 11,99 € !
  • Tout en Mécène
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Nous proposons l’application web en essai gratuit pendant que nous finissons d’ajouter les chants de l’année à notre base de données. Après le lancement des applications mobiles à l’automne 2020, nous continuerons à offrir une version gratuite en mode « radio » restreint, permettant aux utilisateurs d’écouter les chants de l’heure. L’« écoute à la demande » sera alors réservés à nos Mécènes. N’hésitez pas à expérimenter avec toutes les possibilités de l’application ces premiers mois pendant la période d’essai. Vous pouvez annuler à tout moment.



Les deux tiers des revenus des abonnements iront aux Sœurs pour les soutenir ainsi que leur fondation, Notre Dame de l’Écoute au Bénin. Si vous souhaitez d’ores et déjà soutenir le projet et les Sœurs, vous pouvez devenir Mécène aujourd’hui et bénéficier d’un tarif réduit spécial pour les trois prochaines années !

Naviguer jour après jour en utilisant le calendrier solaire normal

Contrôler votre compte, passez en Mécène pour accéder à Lecture à la Demande

Basculer en Mode Nuit : cela assombrit votre écran

Réglages. Changer la langue et la taille du texte

  • neumz-app


A PROPOS DU PROJET

Neumz est le plus grand projet d'enregistrement jamais entrepris


Du haut d’une colline qui s’élève au-dessus des rives de la Durance, cette communauté de quarante-cinq religieuses de l’Abbaye de Jouques vit à l’écart de l’agitation de la vie moderne, en communion avec la nature et dans une contemplation paisible. Leur vie s’organise au rythme des ora et labora, la prière et le travail, principe au cœur de la Règle de Saint-Benoît. Leurs journées sont divisées par les Offices réguliers de la Liturgie des Heures et comprennent la messe quotidienne.

Leurs années suivent les saisons de la Terre et le Calendrier Liturgique, un cycle de jours de fête célébrant les Saints de l’Église à travers lesquels elle méditent sur la Sainte Écriture. Le projet complet couvre trois ans d’enregistrements. Il présente l’intégralité du répertoire grégorien et comporte des milliers de pièces (l’équivalent de plus de 7000 CD).

Les Chants sont enregistrés en haute résolution par les ingénieurs d’Odradek Records, un labelà but non lucratif, démocratique et dirigé par les artistes, basé aux États-Unis avec un studio en Italie.

Témoignages


« … Les enregistrements de voix claires non accompagnées sont parsemés de sons authentiques tels que le craquement des bancs en bois, une toux ou la chute occasionnelle des livres de prières et des carillons. »





« Une idée audacieuse du fondateur américain survenue pendant ses études de musique à Oxford. À cette époque, il rendait souvent visite à sa tante, qui vivait [comme sœur] au monastère de Jouques, et était plongée dans une atmosphère que toute la théorie à l’université ne pouvait pas transmettre : le monde mystérieusement archaïque, calme et isolé du chant grégorien. Aujourd’hui, il souhaite sortir le chant de son isolement sacré et l’offrir à tous, afin qu’eux aussi puissent découvrir les « fondements de la tradition musicale occidentale ». »





« Les religieuses de la communauté, fondée en 1967, espèrent que les revenus du projet d’enregistrement leur permettront de mieux financer la maison-fille de leur Abbaye en Afrique, et [que le projet] apportera « paix, consolation, espoir et un sens de la communion » à ceux isolés par la pandémie du coronavirus. »




PHASES DE DÉVELOPPEMENT



L’application ne sera pas entièrement achevée avant 2022, après avoir recueilli le dernier des chants de l’Abbaye. Nous espérons cependant que dans l’intervalle, elle offrira à nos utilisateurs une expérience riche et engageante.

Le Novus Ordo tourne sur un cycle de trois ans, A-B-C. Nos enregistrements ont commencé en 2019, une année C, et cette année est une année A ; il y aura donc encore des divergences jusqu’à ce que les chants soient entièrement enregistrés et compilés dans notre base de données.

Abbey of Notre-Dame de Fidélité

Abbaye Notre-Dame-de-Fidélité de Jouques


L’Abbaye de Jouques

Les moniales de Jouques



L’abbaye Notre-Dame de Fidélité est un monastère de moniales bénédictines situé à Jouques, à proximité d’Aix-en-Provence. Fondé en 1967, par des moniales issues de l’abbaye Saint-Louis du Temple à Limon (Essonne), le couvent devient prieuré autonome en 1970. En 1981, la communauté est élevée au rang d’abbaye. La croissance de la communauté va lui permettre de fonder en 1991 l’abbaye Notre-Dame de Miséricorde à Rosans dans le diocèse de Gap, puis le monastère Notre-Dame de l’Écoute au Bénin (Pèporiyakou, diocèse de Natitingou), en 2005. La troisième abbesse de Jouques, Mère Marie Monique Guttin, a été élue le 3 août 2017. En 2017, la communauté compte quarante-cinq sœurs, âgées de 26 à 85 ans.

Pour plus de renseignements, visitez www.abbayedejouques.org

 

Abbey of Jouques

Abbaye Notre-Dame-de-Fidélité de Jouques


Le Chant Grégorien

La plus grande chanson d’amour jamais enregistrée

Chantée pendant plus de 1000 ans sans interruption






Le Chant Grégorien



Le Chant Grégorien est le « chant propre de l’Église Romaine ».
Son origine date du VIIIème siècle. Il s’est rapidement répandu partout en Europe. L’Ordre Bénédictin l’a adopté comme son chant propre dans sa liturgie et l’a toujours cultivé depuis. Les neumes, en latin neuma, sont des signes qui représentent un ou plusieurs sons dans la notation.



La journée monastique



La journée monastique, qui suit le rythme du soleil, s’appuie sur le psaume 113, A solis ortu usque ad occasum laudabile nomen Domini,,

« du lever au coucher du soleil,
que soit loué le nom du Seigneur ».

Toute la journée est centrée sur la Messe, qui en constitue l’axe central, et elle est rythmée par les heures de prière de l’Office Divin, aussi appelé Liturgie des Heures.




The Divine Office



Dans sa Règle, Saint Benoît prévoit une division équilibrée de la journée du moine, entre la prière de l’Office – ou Liturgie des Heures, marquée par l’avancement du Soleil dans la journée –, la Lectio divina, le travail manuel ou intellectuel, et le repos.

Contrairement au répertoire de la messe, l’Office divin est essentiellement composé d’antiennes (une sorte de refrain) qui introduisent et concluent la récitation des psaumes des répons (réponses plus ou moins ornées), des lectures, des hymnes et des prières d’ouverture et de fermeture. Saint Benoît a stipulé dans sa Règle que les moines chantent le Psautier en entier, le livre des Psaumes, chaque semaine, et c’est ce qui se fait depuis le VIème siècle.

Neumz offre la possibilité d’écouter les heures canoniques de la première prière du matin (Ad Matutinum), suivies des laudes (Ad Laudes), en passant par les heures dites mineures (Troisième, Sixième et Neuvième) jusqu’à arriver le soir au chant des Vêpres (Ad Vesperas) pour terminer la journée par la prière des Complies (Ad Completorium).

    • Matins: 5 a.m.,
    • composed of two or three Nocturns,
    • followed by breakfast
    • and personal prayer
    MATINS
    • Lauds: 7.30 a.m.
    LAUDS
    • Terce: 10.30 a.m.
    • on Feast days
    • followed by Mass
    • and then work
    TERCE
    • Sext: 12.45 p.m.,
    • followed by lunch,
    • rest and reading time
    SEXT
    • None: 2.45 p.m.,
    • followed by work
    NONE
    • Vespers: 5.30 p.m.
    • followed by Chapter
    • (community reunion)
    • and recreation
    VESPERS
    • Compline: 8 p.m.
    • followed by the Great Silence
    • of the night
    COMPLINE


Heures canoniales



Les Heures canoniales ou Offices représentent la division du jour chrétien, avec des prières fixes dites ou chantées à des moments particuliers. On les appelle parfois les heures canoniques de l’Office Monastique, la Liturgie des Heures ou l’Office divin. Un livre d’heures contient une sélection de ces prières, souvent décoré avec soin. Les racines de cette pratique ont été officialisées au VIIIe siècle, et au XIe siècle, les adeptes de l’Ordre de Saint-Benoît ont réformé davantage les heures pour refléter la liturgie.

Le chant grégorien utilisé pour chanter les Offices comporte généralement des Antiennes basées sur des Psaumes, avec des Grands Répons plus complexes chantés aux Matines, contrastant avec les Brefs Répons plus simples des Petites Heures et Complies.

À la fin de l’Office, l’une des quatre antiennes mariales est chantée : Alma Redemptoris Mater, Ave Regina caelorum, Regina caeli laetare ou Salve, Regina.. Ce sont des chants relativement tardifs, datant du 11ème siècle, plus riches et plus complexes que la plupart des antiennes de l’Office.


La Messe

Neumz propose toutes les parties chantées, psalmodiées ou récitées en latin de la Messe et de l’Office.


Ainsi pour la Messe, les chants de l’Ordinaire (Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus et Agnus Dei) et du Propre du jour (Introitus, Graduale, Tractus, Alleluja, Offertorium et Communio) peuvent être entendus selon le cycle liturgique.



Structure de la Messe



La messe est la principale forme de culte de l’Église catholique romaine et est divisée en deux parties principales : la liturgie de la Parole, qui comprend des lectures bibliques et souvent un sermon, et la liturgie eucharistique, culminant dans le sacrement de la Sainte Communion.

Le mot « messe » vient du latin « missa » utilisé à la fin du service pour ajourner la congrégation : Ite, missa est.. Le mot « catholique » signifie « universel », et l’idée derrière la messe latine était de prier en une langue universelle pouvant être comprise par n’importe qui dans n’importe quelle partie du monde. Après le Concile Vatican II des années 1960, il est devenu plus courant de dire la messe en langue vernaculaire.

Dans la tradition du plain-chant grégorien, toutes les sections de la messe peuvent être chantées, y compris le Propre de la Messe. De nombreux chants grégoriens plus élaborés et complexes se trouvent dans des parties de la Messe avec des textes plus courts et répétitifs tels que le Kyrie et l’Agnus Dei ; dans des textes démonstratifs tels que le Gloria et le Credo ; et dans les Offertoires, dont certains des exemples les plus anciens sont particulièrement ornés.



Structure de la Messe



(Novus Ordo / Messe de Paul VI)





L’ordinaire



L’Ordinaire de la Messe varie très peu quel que soit le contexte liturgique ou la saison, et se compose de cinq sections principales, souvent utilisées dans les passages musicaux de la Messe : le Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus et Agnus Dei.


La Messe du Dimanche commence généralement par l’onction de la congrégation avec de l’eau bénite, un acte connu sous le nom d’Asperges. Une des deux antiennes peut être chantée par le célébrant à ce stade : Asperges me, ou Vidi aquam, chanté entre Pâques et la Pentecôte. Les deux antiennes sont structurées comme l’Introït de la Messe : d’abord le verset 1 (qui comprend les Alléluias pendant la période pascale), puis le verset 2 (tiré des Psaumes), puis dans la Messe de Pie V (la forme « extraordinaire ») suivie de la Gloria Patri doxologie (bien qu’omise dans la Passion et jamais utilisée dans la forme « ordinaire » de la messe de Paul VI), et enfin une reprise du verset 1. Le chant d’antienne Vidi aquam est généralement plus fleuri et expansif qu’Asperges me.

Asperges me


Asperges me, Domine, hyssopo et mundabor,
Lavabis me, et super nivem dealbabor.
Miserere mei, Deus, secundum magnam misericordiam tuam.

Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto
Sicut erat in principio, et nunc, et semper, et in saecula saeculorum. Amen.

(seulement dans la forme « extraordinaire »)

Arrose-moi, Seigneur, avec l’hysope, et je serai purifié
lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.
Aie pitié de moi, Dieu, selon ta grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit,
comme il était au commencement, maintenant et toujours,
dans les siècles des siècles. Amen.



Vidi aquam


Vidi aquam egredientem de templo, a latere dextro, alleluia:
Et omnes ad quos pervenit aqua ista, salvi facti sunt,
Et dicent: alleluia, alleluia.


J’ai vu l’eau jaillir du temple, du côté droit, alléluia ;
Et tous ceux que cette eau a atteints ont été sauvés,
Et ils chantent : alléluia, alléluia.

Exceptionnellement, le Kyrie est en grec plutôt qu’en latin. Dans le Rite Extraordinaire, il se compose de trois articulations de Kyrie eleison (Seigneur, aie pitié), trois énoncés de Christe eleison (Christ, aie pitié) et un dernier triple Kyrie eleison. Dans le Rite Ordinaire, à l’exception de Kyrie IX où la mélodie ne le permet pas, il n’y a que 2 articulations. Les mélodies de chant reflètent souvent la structure claire de cette partie de la messe. Par exemple, certaines mélodies peuvent porter les trois dernières déclarations de Kyrie eleison at a higher pitch than during the first segment of the Kyrie, à une hauteur plus élevée que pendant le premier segment du Kyrie, pour créer l’impression d’arriver au point culminant ou à la conclusion.
Une doxologie est une expression de louange ; nous avons déjà rencontré la doxologie de Gloria Patri. Pour le Gloria dans l’Ordinaire de la messe, nous entendons la Grande Doxologie, un texte plus long commençant par les paroles Gloria in excelsis deo, chantées par les anges dans le récit de Luc sur la naissance du Christ. En raison de la longueur de ce texte, les arrangements de chant sont souvent divisés en phrases musicales correspondant au flux des mots.

Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus bonae voluntatis. Laudamus te, benedicimus te, adoramus te, glorificamus te, gratias agimus tibi propter magnam gloriam tuam, Domine Deus, Rex caelestis, Deus Pater omnipotens.

Domine Fili unigenite, Jesu Christe, Domine Deus, Agnus Dei, Filius Patris, qui tollis peccata mundi, miserere nobis; qui tollis peccata mundi, suscipe deprecationem nostram. Qui sedes ad dexteram Patris, miserere nobis.

Quoniam tu solus Sanctus, tu solus Dominus, tu solus Altissimus, Jesu Christe, cum Sancto Spiritu: in gloria Dei Patris. Amen.



Gloire à Dieu, au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions, nous te rendons grâce, pour ton immense gloire, Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant.

Seigneur, Fils unique, Jésus Christ, Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père. Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous. Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ; Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

Car toi seul es saint, Toi seul es Seigneur, Toi seul es le Très-Haut, Jésus Christ, avec le Saint-Esprit, dans la gloire de Dieu le Père. Amen.

Le Credo est une récitation du Credo de Nicée, une liste de croyances fondamentales compilées à l’origine au premier Concile de Nicée (maintenant en Turquie) au 4ème siècle après JC. Comme pour le Gloria, la longueur du texte se prête à des ruptures naturelles dans le chant. Le Credo étant le dernier chant de l’Ordinaire à être ajouté à la messe, il existe relativement peu de mélodies différentes de Credo dans la tradition grégorienne.

Credo in unum Deum,
Patrem omnipotentem,
factorem cæli et terræ,
visibilium omnium et invisibilium.

Et in unum Dominum, Jesum Christum,
Filium Dei unigenitum,
et ex Patre natum ante omnia sæcula.
Deum de Deo, lumen de lumine, Deum verum de Deo vero,
genitum, non factum, consubstantialem Patri:
per quem omnia facta sunt.

Qui propter nos homines et propter nostram salutem
descendit de cælis.
Et incarnatus est de Spiritu Sancto
ex Maria Virgine, et homo factus est.

Crucifixus etiam pro nobis sub Pontio Pilato;
passus et sepultus est,
et resurrexit tertia die, secundum Scripturas,
et ascendit in cælum, sedet ad dexteram Patris.
Et iterum ventirus est cum gloria,
judicare vivos et mortuos,
cujus regni non erit finis.

Et in Spíritum Sanctum, Dominum et vivificantem:
qui ex Patre Filióque procedit.
Qui cum Patre et Filio simul adoratur et conglorificatur:
qui locutus est per prophetas.

Et unam, sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam.
Confíteor unum baptisma in remissionem peccatorum.
Et exspecto resurrectionem mortuorum,
et vitam venturi sæculi. Amen.



Je crois en un seul Dieu,
le Père Tout-Puissant,
Créateur du ciel et de la terre
de l’univers visible et invisible.

Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ
le Fils unique de Dieu,
né du Père avant tous les siècles
Il est Dieu, né de Dieu,
Lumière, né de la Lumière,
vrai Dieu, né du vrai Dieu,
engendré, non pas créé,
de même nature que le Père,
et par Lui tout a été fait.

Pour nous les hommes, et pour notre salut,
Il descendit du ciel ;
par l’Esprit Saint,
Il a pris chair de la Vierge Marie,
et S’est fait homme.

Crucifié pour nous sous Ponce Pilate,
Il souffrit sa passion et fut mis au tombeau.
Il ressuscita le troisième jour,
conformément aux Écritures,
et Il monta au ciel ;
Il est assis à la droite du Père.
Il reviendra dans la gloire,
pour juger les vivants et les morts ;
et son règne n’aura pas de fin.

Je crois en l’Esprit Saint,
qui est Seigneur et qui donne la vie ;
Il procède du Père et du Fils ;
avec le Père et le Fils,
Il reçoit même adoration et même gloire ;
Il a parlé par les prophètes.

Je crois en l’Église, une, sainte, catholique et apostolique.
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
J’attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir.
Amen.

« Sanctus » signifie « Saint » et ce chant commence par trois déclarations du mot (dérivé du triple « kaddish » de la prière juive connue sous le nom de Kedushah):

Sanctus, Sanctus, Sanctus
Dominus Deus Sabaoth.
Pleni sunt cæli et terra gloria tua.
Hosanna in excelsis.

Benedictus qui venit in nomine Domini.
Hosanna in excelsis.



Saint, Saint, Saint est l’Eternel des Armées !
La terre entière est remplie de sa gloire.
Hosanna dans les cieux.

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Hosanna dans les cieux.

La deuxième partie de cette prière est le Benedictus. Le Sanctus et Benedictus sont entendus à la fin de la Préface de la Prière eucharistique. La structure claire du Sanctus et du Benedictus, en particulier la répétition de phrases clés, se reflète souvent dans les structures musicales des chants.
Cette prière poignante met l’accent sur le sacrifice fait par Jésus-Christ pour tous les hommes ; il est l’Agneau de Dieu. Comme pour les autres prières qui comportent des phrases répétées, le chant fait souvent écho au motif clair des mots.

Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis.
Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis.
Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, dona nobis pacem.



Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous
Agneau de Dieu, qui enlèves les péchés du monde, donne-nous la paix.
Ces mots appartiennent techniquement à l’Ordinaire de la Messe, mais sont si brefs qu’ils sont souvent omis des arrangements de la messe musicale et n’ont pas été soumis à l’éventail de chants variés composés pour d’autres sections de la Messe. Ite, missa est est l’ajournement habituel à la fin de la messe, remplacé par le Benedicamus Domino dans les messes pénitentielles qui omettent le Gloria, chanté pendant des périodes telles que Pâques et l’Avènement.

Ite, missa est défie une traduction simple, et signifie essentiellement : « Allez ! elle (la congrégation) est renvoyée ». Les implications plus profondes de mission et d’évangélisation ont parfois été introduites dans les renvois vernaculaires. Le chant de Benedicamus Domino (Bénissons le Seigneur) est souvent identique à celui d’Ite, missa est. Le Benedicamus Domino est également chanté en versicule à la fin de tous les Offices des heures canoniques. La réponse est Deo gratias: « Merci à Dieu ».

Le Propre



Le Propre de la Messe englobe d’autres sections qui peuvent varier selon le contexte liturgique ou la période de l’année, tels l’Introït, le Graduel, l’Alléluia (sauf Carême), le Trait (Carême), l’Offertoire et la Communion.


L’Introït ou Antienne d’ouverture est chanté à l’entrée des officiants. Il se compose généralement d’un refrain connu sous le nom d’antienne, suivi d’un verset du Psaume d’une répétition de l’antienne, d’une intonation de la doxologie de Gloria Patri doxology, et d’une reprise finale de l’antienne. Les mélodies d’Introït sont souvent caractérisées par des tonalités récitantes, lorsqu’une note est répétée plusieurs fois au fur et à mesure que les mots sont articulés.
Les graduels sont chantés après une lecture du Nouveau Testament. Un graduel est un chant responsorial, souvent alterné avec un vers orné généralement chanté par un chantre solo, et parfois suivi d’une reprise de la section d’ouverture pour créer une structure symétrique en trois parties. Les mélodies graduelles sont souvent créées par un processus appelé centonisation, dans lequel des motifs du répertoire sont unis, créant une famille de mélodies distinctes mais liées.

L’Alléluia est chanté avant une lecture de l’Évangile, sauf pendant les saisons pénitentielles telles que le Carême, quand un Trait est chanté. Les alléluias sont divisés en deux parties : l’alléluia lui-même suivi du ‘verset du psaume’. Ceux-ci sont liés à l’aide d’un jubilus. Il s’agit d’un mélisme (plusieurs notes pour une syllabe) long et joyeux sur la dernière voyelle de l’alléluia ; nous entendons le même jubilus à la fin du verset. Le chant du Trait, comme le Graduel, est souvent formé en utilisant la centonisation et est généralement basé sur un texte de Psaume.

On pense que la pratique consistant à ajouter des mots aux mélismes expansifs du jubilus de l’Alleluia a évolué vers une autre forme de chant connue sous le nom de Séquences. Ces poèmes chantés, structurés à l’aide de distiques, ne font pas partie de la liturgie officielle mais représentent une partie importante du répertoire grégorien.
Les offertoires sont chantés lors de la préparation des offrandes eucharistiques du pain et du vin. Avant le XIIe siècle, les chants grégoriens pour l’offertoire comprenaient souvent des versets très élaborés, mais cette pratique s’est éteinte plus tard, et l’offertoire en est venu à être structuré de manière similaire aux chants du Graduel ou autres chants responsoriaux, avec un verset contrasté suivi d’une répétition de la section d’ouverture, connue sous le nom de repetenda.
Les chants de communion sont chantés pendant la distribution de l’Eucharistie et ressemblent à la structure de l’Introït : une antienne (refrain) avec une série de versets du Psaume. Certains chants de communion sont ambigus et peuvent être difficiles à classer par rapport aux modes de chant grégoriens standard.


Plusieurs d’informations


sur le chant grégorien



Histoire du chant grégorien

Une brève introduction
Comment lire la notation carrée

Infographic
Différences entre le nouveau et l’ancien rite

Structure de la messe tridentine
Autres chants – traditions occidentales et orientales

Rites catholiques et variations